Pages

vendredi 17 juin 2011

Tapis Volant #27 : Will&Co

William Abisror, étudiant strasbourgeois et passionné de talk-shows américains, nous livre depuis près d'un an et demi une émission pleine de bonne humeur, le dimanche à 17h00...

Un concept

Le principe de Will&Co part d'une idée simple, être un podcast sérieusement marrant. Chaque semaine, Will et ses invités décortiquent l'information. Le concept de l’émission a quelque peu évolué depuis ses débuts. A l'origine, deux ou trois thèmes phares étaient distillés durant l'émission, l'occasion de débattre sur des sujets plus ou moins sensibles, comme l'alimentation des français, la Saint Patrick, la SACEM ou encore les nouveaux sports tendances de l'été. Certains invités avaient une chronique (cinéma, science...). Le tout étant saupoudré de mini-rubriques comme La blague du jour, le Guest Game, ou encore le Truc à savoir pour se la péter en société.

Nouvelle formule

Depuis le mois d'octobre, Will insuffle une nouvelle dynamique à son émission. Le rythme est différent, la longueur du podcast également. Chaque émission commence par la traditionnelle présentation des invités. Ce ne sont pas toujours les mêmes qui reviennent, 81 se sont succédé aux micros de Will depuis le commencement. Cependant, certains invités sont devenus, au fil des derniers podcasts, de véritables piliers de l'émission, comme JackTyphus et Lolarosy. Le show se poursuit par un débriefing de l'épisode précédent. Puis, la première grande partie, Une semaine en sept infos, reprend les faits marquants de la semaine passée. Depuis quelques numéros, JackTyphus dispose de sa propre chronique, l'Instant Kapoué, drôle et culturelle. Hum...

Will ailleurs...

Will&Co fait partie de la grande famille des podcasts NoWatch. Mais on retrouve aussi Will dans d'autres émissions, comme le podcast belge On a toujours raison. Il anime aussi une émission sur une radio strasbourgeoise. Enfin, les magnifiques tee-shirts NoWatch sont en partie dessinés par Will. www.willandco.fr


« Un homme seul est toujours en mauvaise compagnie ». P. Valéry.
Enregistrer un commentaire