Pages

vendredi 15 mai 2009

Tapis Volant #8 : Les plateformes de musique Libre

Les discussions qui entourent le projet de loi « HADOPI » font clairement ressortir une chose : les circuits de distributions traditionnels de la musique sont en passe de devenir obsolètes. De nombreux acteurs du monde de la musique réfléchissent à l' avenir de l' industrie du disque, aux nouveaux moyens de la diffuser. Parmi eux, certains militent pour une liberté des oeuvres musicales. Ce concept de musique libre est de plus en plus relayé sur la toile. Mis à part le fait qu' elle permet d' « offrir » ses oeuvres à un large publique, les groupes désirant se faire connaître l' utilise pour diffuser largement leur musique. La liberté de leur musique ne signifie pas toujours la gratuité, mais il rare de trouvé des morceaux libres payants. La licence la plus populaire dans cette matière est la Creative Commons, qui permet de partager librement la musique, la modifier, l' utiliser, du moment que l' auteur est cité. En France, deux grandes plateformes web permettent de partager de la musique libre, Jamendo et Dogmazic.

Jamendo.com

Jamendo est un site qui s' apparente aux divers réseaux sociaux que l' ont peut trouver sur la toile. Le site est géré par une société privée Luxembourgeoise, qui se finance principalement par la publicité. N' importe qui peut s' y inscrire pour proposer aux internautes ses oeuvres musicales, du moment qu' une licence ouverte est utilisée pour les diffuser. Les artistes classes leurs morceaux par mots clefs « tags », ce qui permet à l' internaute de trouver facilement ce qu' il cherche en fonction de ses gouts. Chaque artiste dispose d' un espace personnel pour se présenter, annoncer se dates de concerts, ses nouveaux titres et communiquer avec ses fans. Les internautes peuvent laisser des dons aux artistes, il peuvent aussi noter les morceaux. Des outils statistiques permettent d' obtenir un classement des artistes les plus populaires du site en fonction du nombre d' écoute de leurs morceaux et des notes données par les internautes. Jamendo à aussi mis en place un forum pour que les visiteurs échangent leurs points de vue sur tel ou tel artiste. Outre la possibilité d' écouter en streaming leurs artistes favoris, les internautes peuvent aussi les télécharger gratuitement, soit directement depuis le site, soit via des réseaux peer-to-peer comme les clients Torrent, et c' est tout à fait légal ! D' ailleurs, Jamendo encourage le téléchargement par une politique de « remerciement gradué » (voir Tapis Volant n°7). Récemment, Jamendo a lancé une boutique « Pro » en ligne. Les professionnels peuvent y acheter des licences commerciales pour utiliser les oeuvres du site, pour sonoriser des projets multimédias ou des lieux publics. Arte et France 2 utilisent souvent ce service pour leurs documentaires.

Dogmazic.net

Autrefois appelé musique-libre.org, Dogmazic est, à la différence de Jamendo, un site de musique libre géré par une association Bordelaise « Musiques libre ! ». Elle a pour but de promouvoir et diffuser des artistes indépendants dans le cadre des licences ouvertes. Elle se pose en antithèse de l' industrie actuelle du disque, la SACEM refusant l' utilisation des licences libres par ses sociétaires. Comme sur Jamendo, Dogmazic propose l' écoute et le téléchargement de musique libre. Là où le projet diffère, c'est que des labels de musique libre peuvent aussi venir et proposer leur catalogue. Aujourd'hui, le site compte 25 000 morceaux de 2 500 artiste et 200 labels. Le Dogmazine informe les internautes de l' actualité de la musique libre en France, et le site web propose aussi des web-radios. Les internautes peuvent également acheter de la musique via Pragmazic, sorte de plateforme de commerce équitable appliquée à la musique libre. Les disques vendus se tiennent dans une fourchette de prix de l' ordre de 6 à 10€, vous pouvez soit recevoir les disques physiquement chez vous, soit les obtenir numériquement dans un format non compressé. La politique de Pragmazic permet aux artistes de toucher 65% du prix de la vente (contre 7% dans l' industrie classique), 17,5% reviennent à Pragmazic et 17,5% à l' association « Musique Libre ! » afin de créer un fond de soutien aux projets associatifs.

Enregistrer un commentaire