Pages

lundi 25 octobre 2010

Tapis Volant #19 : À la découverte de Rouen... D'un Hôtel de Ville à l'autre

Entre l'Antiquité et notre époque contemporaine, la question du lieu ou l'on exerce le pouvoir politique à Rouen s'est posée à maintes reprises. Stratégique, ce lieu doit montrer urbi et orbi la puissance de la ville et de ses dirigeants...

En 1144, les habitants de Rouen obtiennent du Duc de Normandie une charte communale, la Ville est alors administrée par les Cents Pairs. En 1204, le duché continental est rattaché à la Couronne de France, il fallut attendre 1220 pour que la charte soit confirmée par le roi Philippe-Auguste. Dès lors, on installe l'Hôtel de Ville à proximité du Gros-Horloge. Le lieu de pouvoir devenant trop confiné pour les activités municipales, il fut détruit et entièrement reconstruit au même emplacement par Jacques Gabriel. Il se trouve encore aujourd'hui à l'angle de la rue Thouret. Au XVIIIème siècle, les locaux devenant toujours plus étroit, on projette alors d'entreprendre des travaux pharaoniques. Toute le centre devait s'en trouver modifier, du la cathédrale à l'Est au Lieu de Santé à l'Ouest. Le nouvel Hôtel de Ville devait se trouver à cheval sur l' actuelle rue Jeanne d'Arc, faisant disparaître ainsi le Gros-Horloge. Les travaux ont débuté en 1758, mais furent interrompus en 1765, et seules quelques fondations rue Thomas Corneille témoignent aujourd'hui de ce projet avorté. On décida de transférer provisoirement le siège du conseil municipal à l'Hôtel de la Présidence, rue Saint-Lô, qui n'existe plus de nos jours, cependant le portail est toujours visible à l'entrée de l'esplanade de l'Espace du Palais. Finalement, l'Hôtel de Ville sera installé le 30 mai 1800, à la place de l'ancienne abbaye de Saint-Ouen inoccupée depuis 1790, et où il se trouve encore de nos jours.


« Toutes les bonnes choses de ce monde affluent dans la cité en raison de la grandeur de la cité. » Périclès.
Enregistrer un commentaire