Pages

mardi 23 juin 2009

Tapis Volant #9 : Les Abandonwares

Ce mois-ci je vous présente le dernier article "Informatique & Logiciels Libres" que j' ai eu l' occasion d'écrire cette saison pour le journal Tapis Volant. Le numéro 9 marque le début de l' été et des longues vacances universitaires. Rendez vous donc en Septembre-Octobre pour les nouvelles aventures de la rédaction !

N' avez vous jamais eu l' envie de retomber en enfance ? De rejouer à un vieux jeu de PC que vous aviez adoré à l' âge de 3 ans ? Vous avez encore la disquette qui fonctionnait sous votre Windows 3.1, mais le programme ne veut pas se lancer dans votre bel OS tout neuf ? Les abandonwares sont fait pour vous !

Un abandonware, c' est quoi ?

D' après le site abandonware-definition.org, ce sont des logiciels « dont les éditeurs ou producteurs légitimes n'assurent plus la vente, ni le service après vente depuis longtemps. Ces jeux étant laissés à l'abandon, ils ne sont plus une source lucrative pour leurs auteurs », et sont donc mis sur certains sites à la disposition des joueurs nostalgiques, gratuitement. Le terme provient de la contraction des mot anglais « abandon » (abandonner) et « software » (logiciel). En fait, un abandonware n' a aucun statut juridique propre. Il est normalement sous le coup de la protection, par ses auteurs, d' un brevet logiciel (le droit d' auteur en informatique dure 70 ans !). Mais, les sociétés chargées de commercialisée les jeux attaquent rarement les sites d' abandonware pour la mise à disposition de logiciels obsolètes ou autres programmes fonctionnant sous interface DOS. Il en résulte donc un accord tacite entre ces sites et les éditeurs. Les plateforme de téléchargement d' abandonware, en tout cas celles qui le font dans les règles de l' art, s' engagent à retirer de leurs sites les logiciels qui seraient réutiliser par les éditeurs dans le commerce. Les éditeurs peuvent aussi abandonner volontairement leurs logiciels, soit en les passant sous licence libre et/ou en publiant leur code source, soit, comme l' a fait Rockstar Game avec les deux premiers volets de la saga Grand Theft Auto, les distribuer gratuitement eux-même sur leur site. Mais pour installer un abandonware sur sa machine, il va falloir ruser. En effet les standards informatiques d' il y a 15 ans ne sont plus les mêmes qu'aujourd'hui.

Émulation


Pour installer un logiciel obsolète sur votre PC, il faut faire croire à celui-ci qu'il est dans son environnement natif. Pour faire simple, il faut émuler le système ancien qui lui était vital pour fonctionner. Pas de panique, ce n' est pas la peine de reformater votre disque dur pour remettre Windows 95 ! Le façon la plus simple est d' installer une machine virtuelle qui va émuler pour chaque jeu son environnement d' origine. La plus connue de ces machines virtuelles est ScummVM. Le projet de ScummVM était au départ de faire fonctionner sur les ordinateurs récents les vieux jeux produits par Lucas Arts, comme la célèbre série des Monkey Island, qui étaient créés sur une base de moteur graphique Scumm. Petit à petit, les développeurs font reconnaître à ce logiciel des jeux non-Scumm. En 2003, Revolution Software, éditeur des la série Les Chevaliers de Baphomet, a permis aux développeurs de ScummVM d' intégrer le moteur graphique de leur jeu Beneath a Steel Sky. Ce dernier est un des rares jeux disponibles en téléchargement sur le site de ScummVM. Il existe une multitude de jeux fonctionnant grâce à ce type d' émulateur, et la plupart se retrouvent facilement grâce à un bon moteur de recherche sur des sites spécialisés dans les abandonwares.

#Bonus Track : The Asteroids Galaxy Tour, Fruit

Ce mois-ci, je me suis également amusé à rédiger une petite chronique CD pour le JTV. Voici donc mon avis sur le premier album de The Asteroids Galaxy Tour...

Le groupe pop scandinave The Asteroids Galaxy Tour sort enfin son premier album. Cela fait plusieurs mois que le titre Around The Bend, égalment utilisé par Apple dans une publicité, passe sur les ondes. Sorti mi-mai, Fruit, c'est son nom, tranche un peu avec le style édulcoré du premier single. Les sonorités sont globalement très seventies, un peu dans la tendance des Ting Tings.. L' ensemble est plutôt bon et cohérent, des titres se démarquent comme The Sun Ain't Shinig No More, Bad Fever ou Sattellite. Néanmoins certaines piste deviennent vite lassantes, comme Push The enveloppe, insupportable tant le riff de guitares/cuivres est répétitif et la voix de la chanteuse mal intégrée au morceau.



Enregistrer un commentaire