Pages

vendredi 8 avril 2011

Tapis Volant #25 : SCUDS.tv

Vous aimez les soirées bien arrosées entre potes, ces nuits à discuter le bout de gras autour de débats sans fin ? Alors vous allez adorer passer 1 h 30 en compagnie des SCUDS ! Sortez vos bouteilles et vos clopes et embarquez-vous pour un podcast vidéo déconseillé au moins de 12 ans.

Geeks à têtes chercheuses

Qui sont les SCUDS ? Ce sont trois potes, Jérôme Keinborg, alias TheOldCuban, Philippe Guedj, surnommé John Plissken, et Arnaud Bouron, connu sous le pseudonyme de Damouk. Ces quadragénaires font partie de l'aventure NoWatch, et en sont même, avec les animateurs de Geek Inc, les instigateurs. Les thèmes qu'ils abordent sont résolument geek. Mais pas dans le sens employé régulièrement, on est ici plus dans la culture geek que dans l'univers techno-geek. On ne parlera donc pas de la dernière carte mère Asus, mais plutôt des sorties cinéma, ou de séries TV.

Gaulomètres et gros débats

Depuis le début de la saison, les épisodes se divisent en trois parties distinctes, suivant un concept original. La première partie est « le Gaulomètre ». Le principe est simple, chacun des trois animateurs présentent une news (cinéma, BD, actualités...), donne son avis, ainsi qu'une note en fonction de l'attente suscitée (via un étrange appareil, le Gaulophone), les deux autres réagissent et notent également. La partie suivante est le « Gros débat », on aborde un sujet un peu fouillé sur lequel, forcément, les trois compères ne sont pas d'accord et en discutent longuement. « Stallone, icône geek ? »

Égotrips RDS

La troisième partie est particulière. Ce sont les « Égotrips », chaque animateur dispose d'une minute maximum pour présenter quelque chose qui l'a marqué durant le mois. L'émission se termine par un levé de pantalon, et la musique choisie à tour de rôle par un scudeur. Ce podcast à l'humour potache est précédé tous les mois des Retours de Scuds (ou RDS), dans lequel les acolytes répondent aux commentaires du public sur l'émission précédente.


« Je gagne ma vie avec mon intelligence ». S.Stallone.
Enregistrer un commentaire