Pages

samedi 16 février 2013

Le Boka, le ti'lolo du Havre

Ceux d’entre vous qui ont déjà voyagé dans les Caraïbes, et plus particulièrement en Guadeloupe, le savent. Les endroits où l'on mange le mieux ne sont pas ces pièges à touristes où l'on vous promet un repas les pieds dans l'eau. Non. Certes, il y a le cadre. L'eau bleue azur, calme, chaude, protégée par une barrière de corail. Mais la nourriture y manque malheureusement d'originalité et racines, tant l'on veut attirer le chaland venu d'un autre continent. Non.

Là où l'on mange le mieux en Guadeloupe, c'est dans les ti'lolos. Mais kézako, les ti'lolos ? Ce sont généralement des petites baraques en bois, avec quelques tables et chaises dispersées ça et là, proposant de la nourriture locale, essentiellement des acras, de la chiquetaille de morue, ou encore des bokits. Des choses qui se mangent rapidement, mais que l'on ne saurait qualifier de fast-food. Nous sommes bien au-dessus. C'est l'idée reprise par le Boka, cette échoppe havraise ouverte depuis l'été dernier, non loin du Palais de Justice et de sa nouvelle station de tramway.

Six acras et leur purée de poivrons. Avec un rafraichissement. Et des couverts aussi.

J'entrais dans cette boutique par pur hasard, un jour où la météo n'était point expressive par sa clémence, ne sachant pas trop où me sustenter, le temps imparti m'étant compté. Cependant, je n'avais aucune envie de me rabattre sur un kebab ou un jambon-beurre-tomate. L'établissement propose, pour ceux qui souhaite manger sur le pouce, des bokits en diverses variantes. Dans mes souvenirs, ces sandwichs frits étaient essentiellement garnis de morue. Le Boka propose lui de le garnir selon vos envies : poulet, saucisse, jambon, viande hachée... Le cuisinier m'avoua d'ailleurs qu'il a fait évoluer la recette traditionnelle afin de l'adapter à nos goûts européens. A l'instar de ce que propose les restaurants turques, en somme.

J'optais plutôt pour le plat du jour et la formule consacrée, me promettant de revenir lors d'une journée plus ensoleillée pour déguster un bokit. Pour douze euros et cinquante centimes, vous obtenez une entrée, un plat et un dessert. Je pris une boisson en extra, un brevage particulier nommé Vita Malt. Une sorte de bière noire sans alcool, sucrée au goût de miel. Surprenant mais pas mauvais. Le Boka propose également de l’Ordinaire, une boisson guadeloupéenne aromatisée à l'anis. Je m'assis à l'une des rares tables libres, au coin de la pièce, côté fenêtre.Quelques plantes vertes tropicales pour la déco. De la musique zouk et des clips, diffusés par Trace TV. Le décor est planté.

Le service est rapide, le personnel souriant. Mes six acras arrivèrent, accompagnés d'une légère purée de poivrons rouges. Pas mal. On attend la suite. Le plat du jour. Curry de poulet accompagné de son riz. On le sent, la volaille a mijoté. Elle s'est parfaitement imprégnée du mélange épicé. Le riz, par contre, est d'une qualité moyenne. Bon, mais pas extraordinaire. Cela ne vient pas de la cuisson, mais du type de riz usité. Passable. Le serveur me proposa une sauce épicée, tout en me prévenant. Après y avoir goûter, oui, je peux l'affirmer : ça arrache. Pour le dessert, le restaurant propose des flans cocos, mais aussi des tartes au Daim ou au Toblerone. Bon, là, ma gourmandise de bas étage l'emporta, et j'optais pour cette dernière. Un choix que j'assume sans regretter. Assurément.

Si vous disposez de peu de temps pour vous restaurer, le Boka est une excellente alternative à ce qui se pratique habituellement. Le service y est rapide, la formule plat du jour est servie en une vingtaine de minutes. Les aliments sont cuisinés et préparés sous vos yeux, et les ingrédients sont globalement de premier choix. L'établissement propose ici un compromis entre restauration guadeloupéenne traditionnelle et fast-food à l'européenne. L'alternative est intéressante, mais pour des repas plus élaborés, préférez tout de même les traiteurs antillais classiques - il y en a un très bon, par exemple, rue du Maréchal Joffre à proximité du Rond Point. 

Enfin, on peu regretter certains extras pratiqués par l'établissement : les desserts hors formules ne sont pas biens indiqués, supplément d'un euro pour la sauce piquante... A tester tout de même, au moins pour l'exotisme du repas et la bonne humeur du personnel.

Tiens, le verre est vide ! C'est que le curry est bon !
Le Boka, tramway Palais de Justice, 108 Rue Jules Siegfried, 76600 Le Havre - Ouvert le midi du lundi au vendredi, et le soir du mercredi au samedi.
Enregistrer un commentaire